5 minutes de lecture

Tellement souvent les gens me disent à quel point ils sont attentifs au choix de leurs produits alimentaires:

  • En s’assurant qu’il n’y ai pas de produits chimiques obscurs sur la liste des ingrédients;
  • En achetent Bio et organique autant que possible;
  • En ajoutant des kilomètres à leur route pour s’approvisionner au marché champêtre.

Pourtant, quand il s’agit de vin, RIEN! Aucune attention particulière à la qualité. Tant qu’ils croient qu’ils vont aimer, ils achètent.

Si vous tenez à la vie, s’il vous plaît, ARRÊTEZ! L’industrie du vin, encore non réglementée, fait un excellent travail pour vous garder dans l’obscurité au sujet de tous les produits chimiques qu’elle utilise pour maximiser ses profits. Entre autre, les industriels cultivent des quantités gigantesques de raisins insipides, sans saveur, qui nécessitent encore plus de produits chimiques pour leur donner des arômes, de la coloration, du sucre et plus encore.

Il est temps de se réveiller avant qu’il ne soit trop tard! Nous devons exiger autant de transparence pour le vin que pour tous les autres produits alimentaires.

Et si vous pensez que je suis alarmiste, voici des faits écrasants pour soutenir ma revendication:

Malgré de nombreuses tentatives, l’industrie du vin et ses puissants lobbyistes résistent encore à l’affichage des ingrédients ajoutés au vin. Les industriels affirment que la quantité effarante de produits chimiques créera la confusion chez le consommateur. En d’autres termes, vous ne serez pas aussi enclins à en acheter. Voici une vidéo VOX pour en savoir plus >>.

En réalité, il existe 2 types de produits chimiques dans le vin: les naturels, comme ceux créés par la levure et la fermentation, et les ajoutés, comme les arômes artificiels, les sucres raffinés, les colorants, etc … Ceux que nous devons voir affichés, ce sont tous ceux qui ont été utilisés.

J’ai formé plus de 9,000 participants sur la façon de choisir le vin judicieusement en fonction de son contenu chimique. En raison du manque de choix en vin de qualité, plusieurs ont arrêté d’en boire. Sage décision si vous n’avez aucun moyen de savoir ce qu’il y a dans la bouteille. Mais après 3 à 4 mois, quand l’envie de retrouver leur vin favori les démangeais, ils ont immédiatement eu des maux de tête. Leur foie n’était pas en mesure de filtrer la quantité massive de produits chimiques assez rapidement pour envoyer le sang filtré au cerveau.

Débarrassons-nous de quelques mythes importants. Les maux de tête ne sont PAS causés par:

  • Une consommation trop importante de vin. J’ai beaucoup de clients qui ressentent un mal de tête dès la première gorgée. Tout dépend de la prédisposition de votre foie (à filtrer les) aux produits chimiques. Quelqu’un qui consomme très peu de produits chimiques au travers son alimentation, sera beaucoup plus sujet aux maux de tête que quelqu’un qui boit des vins de mauvaise qualité sur une base régulière.
    • Beaucoup de ceux qui ont voyagé en France, observent qu’ils peuvent boire une quantité indécente de vin sans avoir de maux de tête ou d’autres effets secondaires. Et dès qu’ils sont de retour de ce côté-ci de l’Atlantique, le tiers d’une bouteille est le maximum que leur corps peut tolérer.
  • Déshydratation. Pendant des milliers d’années, le vin remplaçait l’eau et aujourd’hui il provoque la déshydratation. Le vin est composé de 91% d’eau. Il est donc impossible de se déshydrater par sa consommation. À noter que l’eau soulage les maux de tête après avoir bu un vin chimiquement chargé parce qu’elle dilue le sang empoisonné, aidant ainsi votre foie à envoyer du sang filtré plus rapidement à votre cerveau.
  • Sulfites. Les sulfites sont des composés naturels présents dans tous les vins. Lorsque la levure commence à travailler, les sulfites suivent. C’est un ingrédient naturel mais ce sont surtout des chimiques que l’on retrouve dans les vins. Les sulfites sont également présents dans d’innombrables nourritures et, sauf si vous avez une rare sensibilité aux sulfites, ils ne causeront pas de maux de tête. Ceux qui proclament qu’un vin est plus sûr avec une plus faible teneur en sulfite, ont tort. Ce n’est pas de ce conservateur en particulier dont ils devraient s’inquiéter, c’est de l’ensemble des 700 produits chimiques ajoutés à leur vin.

Au Canada en particulier, comme la vente d’alcool est sous contrôle de monopoles, il n’y a aucune incitation à vendre du vin de qualité. Sur leur grille de sélection, la qualité ne correspond qu’à 4%. Voici un excellent article dans le Huffington Post pour le prouver >>.  Je ne sais pas pour vous, mais si mon supermarché local proclamait que la qualité de la nourriture qu’ils nous vend correspondait à seulement 4%, je serais très inquiet pour ma santé, pas vous?

La qualité d’un vin est loin d’être suggestive. Allons-nous évaluer la qualité d’une tomate à son goût? Non, mais nous le faisons par son origine: si elle provient de votre jardin ou si elle est produite en masse. C’est pareil pour le vin! Bien sûr, certains diront qu’un vin de qualité signifie qu’il est équilibré, long, complexe et ainsi de suite. Quelle serait votre perception si vous saviez combien de produits chimiques ont été ajoutés pour y parvenir?

Beaucoup de mes participants apportent maintenant leur propre vin quand ils sont invités chez des amis et chez la famille. Leur foie est tellement habitué à des vins de qualité que même un demi-verre de vin de leurs hôtes est suffisant pour ne pas pouvoir aller au travail le lendemain.

Voici une astuce: Pour évaluer la mauvaise ou bonne qualité d’un vin, servez toujours en premier ceux qui sont les plus sensibles au vin. S’ils n’ont pas d’effets secondaires dans les 30 minutes, il y a des chances pour que votre vin soit de bonne qualité! S’ils ont une réaction, retournez le vin pour un remboursement.

En voici une autre: Arrêtez de boire du vin pendant 4 mois. C’est à peu près le temps qu’il faut à votre foie pour se débarrasser des produits chimiques qu’il a retenu, comme une sorte d’antidote. En effet, beaucoup de femmes, après avoir accouché, m’ont contacté, non pas pour un test de paternité, mais plutôt pour me demander pourquoi elles ressentent maintenant des effets secondaires avec le vin qu’elles consommaient sans problème avant leur grossesse.

Les gens ne veulent pas de remède contre le cancer, ils ne veulent simplement pas l’avoir! Or le vin est le produit alimentaire le plus cancérigène que vous pouvez consommer, alors soyez prévoyants. Le National Cancer Institute a prouvé la relation de nombreux cancers en raison des quantités astronomique de produits chimiques utilisés pour la fabrication des vins. D’autres recherches suggèrent également qu’un verre de vin par jour est bon pour votre santé. Elles ont omis de préciser que c’est vrai seulement si votre vin n’a pas été altéré par des additifs malsains.

Si avec toutes ces infos je ne vous ai pas dégoûté de boire du vin, je ne sais pas ce qu’il faut vous dire de plus pour vous convaincre.

Les bonnes nouvelles sont qu’il y a de plus en plus de producteurs de vin de qualité qui en ont assez de l’empoisonnement systématique des consommateurs. Mais ils sont rares et c’est loin d’être la norme. En France, ils ne représentent que 8% du marché. Et le problème demeure: comment peut-on distinguer un vin sain d’un adulé?

Ne serait-il pas formidable d’avoir une application qui vous indique la quantité de produits chimiques dans une bouteille de vin avant de l’acheter?

Non seulement cette application existe, mais elle vous pose également les bonnes questions. Comme par exemple si vous avez eu des effets secondaires? De 1 à 5, quelle est votre note d’appréciation? En combien de jour l’avez-vous consommé? L’avez-vous carafé? Toutes ces informations peuvent être partagées et utilisées pour que l’application vous permette de mieux comprendre votre palais et pour vous aiguiller dans vos accords mets/vins et la préparation des vins et surtout pour vous permettre de faire des achats éclairés en fonction de la qualité …. Comme vous le faites déjà, pour tous les autres produits alimentaires!

Si mon article vous a inspiré et s’il vous plaît le faire suivre afin que d’autres puissent en bénéficier, je vous en remercie!